Switch to full style
Unanimo Géant : jouons tous ensemble !
1 mot par jour pendant 5 jours, toutes les semaines du lundi au vendredi
Publier une réponse

Je vous parle d'un temps ...

18 Fév 2020 9:34

C'était un brouillon de lettre, sans faute d'orthographe, sans un mot RAYE, aussi bien écrit qu'un original, de cette écriture penchée que possédaient alors les gens qui n'avaient fréquenté "que" l'école communale.

L'auteur en était Joseph, tailleur de pierre, ancien Compagnon du Tour de France, appelé aussi Compagnon du Devoir, c'est tout dire ! Elle s'adressait à Monsieur le Maire et il n'aurait pas été question de lui envoyer une lettre mal écrite. C'était pour demander, très respectueusement, le versement d'une prime accordée pour la capture d'un BLAIREAU et d'un renard.

Je lui pardonne bien volontiers ce qui me ferait de la peine aujourd'hui où tout ce qui concerne le monde ANIMAL me touche peut-être un peu trop, et où j'aimerais voir supprimé le mot NUISIBLE du dictionnaire. D'autant que ses POILS rendaient cette BETE fort UTILE pour confectionner une BROSSE indispensable au BARBIER !

Je ne le connais que grâce à un portrait : de petits yeux noirs un soupçon malicieux, des vêtements révélant l'ouvrier ou le paysan plus sûrement que sur certaines photos où les gens posaient dans leurs habits du dimanche en évitant soigneusement de sourire, une énorme BARBE qui lui mangeait le bas du visage, tel était Joseph, mon arrière grand-père maternel ...

Re: Je vous parle d'un temps ...

18 Fév 2020 11:48

Bel hommage à la barbe à (très) grand-papa... et à l'honnête écriture, qui était l'apanage de l'honnête homme, respectueux de celui à qui il s'adressait, quelle que fût sa condition sociale. Tout naturellement, les bûcherons, qui maniaient la scie avec dextérité, faisaient partie de cette engeance.
Bref, tout sauf des blaireaux, ce qui fait que le texte d'Amb à l'âme bien trempée et pourtant avec un rien de rasoir, serait à un poil du hors-sujet...
But to bic or not to bic ?...

Re: Je vous parle d'un temps ...

26 Mars 2020 17:50

En retournant sur mon vieux blog abandonné, je me suis aperçu que j'avais commis une erreur, deux même, dans le texte qui suit : la lettre était adressée à M. Le Sous-Préfet et surtout, le soi-disant blaireau était une loutre ! Enfin, l'histoire, elle, était authentique alors autant en donner la preuve pour continuer à être crédible ... :?


Ambroisie a écrit :C'était un brouillon de lettre, sans faute d'orthographe, sans un mot RAYE, aussi bien écrit qu'un original, de cette écriture penchée que possédaient alors les gens qui n'avaient fréquenté "que" l'école communale.

L'auteur en était Joseph, tailleur de pierre, ancien Compagnon du Tour de France, appelé aussi Compagnon du Devoir, c'est tout dire ! Elle s'adressait à Monsieur le Maire et il n'aurait pas été question de lui envoyer une lettre mal écrite. C'était pour demander, très respectueusement, le versement d'une prime accordée pour la capture d'un BLAIREAU et d'un renard.

Je lui pardonne bien volontiers ce qui me ferait de la peine aujourd'hui où tout ce qui concerne le monde ANIMAL me touche peut-être un peu trop, et où j'aimerais voir supprimé le mot NUISIBLE du dictionnaire. D'autant que ses POILS rendaient cette BETE fort UTILE pour confectionner une BROSSE indispensable au BARBIER !

Je ne le connais que grâce à un portrait : de petits yeux noirs un soupçon malicieux, des vêtements révélant l'ouvrier ou le paysan plus sûrement que sur certaines photos où les gens posaient dans leurs habits du dimanche en évitant soigneusement de sourire, une énorme BARBE qui lui mangeait le bas du visage, tel était Joseph, mon arrière grand-père maternel ...


https://gentianebleue.skyrock.com/32744 ... ettre.html
Publier une réponse