Chat-l'ange Unanimo 2016 - Quatrième Texte, par Dosto

Unanimo Géant : jouons tous ensemble !
1 mot par jour pendant 5 jours, toutes les semaines du lundi au vendredi

Modérateurs : Piano, lynkowsky, diplojak, peyo_fr

Chat-l'ange Unanimo 2016 - Quatrième Texte, par Dosto

Message par peyo_fr » 12 Jan 2017 9:09

(CLIQUER ICI POUR RETROUVER LA TOTALITÉ DES TEXTES EN LICE, ET ICI POUR CONSULTER LE RÈGLEMENT ET LA LISTE COMPLÈTE DES 260 MOTS IMPOSÉS)

QUATRIÈME TEXTE : "Le moral dans les chaussettes", par Dosto (1095 mots, 211 mots imposés)

L'inspecteur posa SON JOURNAL l'air SOMBRE. Cette ETRANGE affaire de CONTREBANDE d'OPIUM venu de CHINE allait sans doute perturber son repos DOMINICAL. Le DAUPHINE évoquait l'arrestation d'un LIBANAIS en ALLEMAGNE en rapport avec ce TRAFIC. Cet HOMME MOUSTACHU CONDAMNE POUR le MEURTRE d'un BUCHERON au CANADA lui avait échappé, menottes aux poignets, sur un QUAI de la GARE de VIENNE. Enfin... échappé... Il se remémora sa capture et un PROFOND soupir de FATIGUE accompagna le souvenir de la CATASTROPHIQUE et INCOMPREHENSIBLE décision de justice de l'époque : justice CONTRAINTE de relâcher l'individu suite à un vice de forme SCANDALEUX. Bien qu'il se fît NOMMER inspecteur peu après ce fait d'arme, la DISPARITION de cet INFAME PREDATEUR lui laissa LONGTEMPS un GOUT amer. BEURK ! Il s'était fait SERMENT, jusqu'à CRACHER, qu'il attraperait tous ces PIRATES, il irait en CROISADE.

Ievski sortit du CREUX du REPOSANT canapé-LIT, descendit l'ESCALIER, traversa le salon et arrivé dans sa cuisine rangea le litron de PASTIS en avalant une CACAHUETE. Il débrancha la HOTTE à l'AMPOULE grillée, coupa la CUISSON de SPAGHETTI tout en sortant la PASSOIRE. Il aurait préféré DEJEUNER MEXICAIN mais la tête dans le COTON, des ALLUMETTES dans les yeux, l'empêchaient même de DEGUSTER ses pâtes. L'HARMONIE oubliée du PARFAIT et CHALEUREUX FOYER depuis sa SEPARATION le conduisit droit vers le TABOULE du frigo à MOITIE caché par le KETCHUP. L'ECRAN de sa TV diffusait en DIRECT l'EMISSION d'un DIEU où une COMMUNAUTE rassemblée dans une EGLISE célébrait l'ACCUEIL vers l'ETERNITE. L'esprit INSULAIRE de l'inspecteur, ABRUTI et AGITE par des ABUS divers, lui donnait le CHOIX INFERNAL entre BRISER la moindre DISCUSSION sur ce COLLECTIF en proie à un MOUVEMENT INVISIBLE vers le MYSTERE ou chercher le SALUT vers un DOCUMENTAIRE. C'est avec un SOURIRE FACETIEUX qu'il déclencha la DIASPORA d'un doigt sur la télécommande. Enfin SEUL face à l'IMMENSITE du vide de son UNIVERS, il contempla une CHAUSSETTE perdue sur le sol. Elle le narguait, lui, UNIQUE BRELOQUE d'un DUO trop TOT séparé. Il parcourut avec SOIN l'espace environnant mais sa COMPLEMENTAIRE, sans CONTESTATION, avait mis les voiles et la laissait là, échouée, comme un MARIN aurait jeté l'ANCRE. Le RAYONNEMENT RIGOUREUX de son regard ne permit pas de rassembler la PAIRE. Sans PRELIMINAIRE, la rebelle était partie à l'AVENTURE, laissant la LEGENDAIRE CALYPSO entre le balai et la PELLE. Elle achevait de SERVIR dorénavant, et puisqu'il était IMPOSSIBLE de retrouver l'ENSEMBLE, sa CHUTE dans la poubelle mit fin à l'INTERROGATION. ADIEU. Débarrassé de ce MYTHIQUE intérêt, Ievski entreprit avec SOULAGEMENT une sortie vers l'EXTERIEUR. Son petit jardin à la GEOMETRIE hasardeuse n'était séparé du reste de l'habitat que par une véranda où trônait un TRANSAT VIOLET, INDISPENSABLE accessoire à la PEREGRINATION de ses pensées enquêtrices. REVASSER et LAISSER son INTELLIGENCE à la bonne FORTUNE semblait PASSEISTE voire PUR JEU de dupes pour ses collègues mais la SIMPLICITE de ce SAIN exercice lui avait valu de solides résultats. Taxé de VEINARD par les uns, de VIRTUOSE par les autres, sa méthode au POTENTIEL inconnu pour AUTRUI inspirait en GENERAL au LOCAL de la police une EXTREME méfiance. Bien sûr, on célébrait le CHAMPION comme il se doit quand le commissariat était au CENTRE de l'EXPOSITION médiatique grâce à une enquête résolue on ne sait COMMENT. Mais on cessait d'être BON ACTEUR, ELOIGNE des projecteurs, pour MEDIRE sur ce CRETIN de Ievski qui bénéficiait de la part de madame la commissaire d'un AMENAGEMENT particulier de son LEGER agenda. Et beaucoup de REVER alors qu'ICARE se brûlerait un jour les ailes.

DEHORS, Ievski s'amusait à pourchasser un LEZARD du bout d'une BAGUETTE. La bestiole trouva refuge sous un MOULE près du mur avant qu'il ne puisse l'EMPALER. Ce côté du jardin commençait à ressembler à une PORCHERIE où trainaient un vieux MATELAS, de l'huile RANCE, un PNEU, un ROULEAU de peinture, la planche de SKATE de son enfance... De retour à la véranda il s'allongea un instant. Près des FLEURS, un PUCERON gravissait une ROSE le long de la tige comme on suit des rails. L'INSECTE avait fait son œuvre mais bientôt les fourmis à quelques pas viendraient en profiter. "Voilà pourquoi elles s'étaient installées là" pensa-t-il. "Elles vont le stocker pour son..." Tout à coup la REPRESENTATION de la fourmi se servant du COMMERCE du puceron, l'analogie entre les rails et la tige... Ievski se précipita sur son téléphone :
- Gorbi, t'es dispo ?
- Parce que... ? grésilla une voix grave.
- J'ai résolu l'affaire de Vienne.
- Toi, tu t'es encore endormi sur ta chaise VIOLETTE...
- C'est pas une chaise, c'est un transat. Viens me chercher en voiture.
Arrivé devant le portail un rude et RAVISSANT gaillard tel un PAYSAN, la PEAU couverte de rides, l'embonpoint d'un bon VIVANT, approcha la tête penchée à cause d'une COURBURE DORSALE accentuée. Ce CELTE -il avait des PARENTS bretons- respirait malgré tout la CONVIVIALITE :
"- Je prends le VOLANT ! Tu fais le COPILOTE" s'empressa Ievski surgissant en ouvrant la portière.
- Comme tu veux l'AMI. Mais n'enlève pas le coussin, la HOUSSE est abîmée."
Appuyant sur la PEDALE d'accélération, ce FURIEUX démarrage fit SIFFLER les pneus. La voiture se faufilait semblable à une ONDE PSYCHEDELIQUE, un EQUILIBRISTE sur sa CORDE, la lave d'un VOLCAN, pour COURIR contre le CHRONOMETRE vers sa DESTINEE.
"- Alors, MAITRE ? Ironisa Gorbi.
- Je sais pourquoi le libanais se rendait tous les dimanches à la gare. Sur ce quai, il n'y avait qu'un wagon POSTAL, mais c'est là que la MAFIA convoyait son BUSINESS. C'était le puceron qui avait déjà refourgué la marchandise. Je suis sûr qu'ils continuent leur trafic, le wagon filait à l'est puis en Allemagne."

La CUEILLETTE avait été bonne. Ils avaient réussi à PIQUER toute la TROUPE, remontant la filière depuis la THAILANDE jusqu'en RUSSIE. L'affaire faisait les gros titres même à NEW YORK.
Pendant les explications Gorbi était resté muet comme une CARPE. Il était inutile de savoir quelle COMBINATOIRE avait produit le cerveau malade de Ievski pour en arriver là. Il continuerait à l'IDEALISER sans DESIRER vraiment comprendre.
L'inspecteur était retourné à la DOUCEUR des dimanches à la campagne. Une BOSSE sous un chiffon l'intrigua : OUPS ! La chaussette Ulysse !
Dernière édition par peyo_fr le 17 Jan 2017 19:11, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
peyo_fr
Premium
Premium
 
Message(s) : 897
Inscription : 27 Fév 2014 0:27
Localisation : Paris/Angers/Arcachon

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Quatrième Texte, par Dosto

Message par Ambroisie » 12 Jan 2017 10:00

Très drôle ! Calypso et Ulysse en paire de chaussettes, ça vaut son pesant de CACAHUETEs sans pour autant faire oublier ce drame que tout le monde connait : la chaussette orpheline ! J'ai bien aimé aussi l'étude des insectes amenant au bouclage de l'enquête.
Je ne sais si Ievski est le héros ou l'anti-héros de cette histoire mais sans Dosto, il ne serait rien, ça c'est sûr ! :poucehaut:
Avatar de l’utilisateur
Ambroisie
Premium
Premium
 
Message(s) : 1126
Inscription : 19 Fév 2014 19:23
Localisation : Rhône-Alpes-Auvergne

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Quatrième Texte, par Dosto

Message par felixcat17 » 12 Jan 2017 10:07

Bravo Dosto!
Malgré la couleur violette évoquée, j'avais l'impression de regarder un film noir de chez noir avec Humphrey Bogart dans le rôle principal, de la même et sombre densité... Comme le nombre de mots imposés au mètre-carré, impressionnant, sans que cela ne nuise à l'histoire proprement dite...
Pour l'adaptation cinématographique, comme je crains que John Houston ne soit pas à la réalisation, je te propose modestement de changer le titre : " Le puceron maltais " serait de bon aloi, à mon sens. Y'a pas de lézard, enfin si... :)
Avatar de l’utilisateur
felixcat17
Premium
Premium
 
Message(s) : 338
Inscription : 01 Déc 2013 14:52
Localisation : quelque part à l'ouest, complètement à l'ouest...

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Quatrième Texte, par Dosto

Message par Dosto » 12 Jan 2017 19:53

Merci à vous :)
"Le puceron maltais", un vrai texte ! ;)
Beaucoup de plaisirs sur cet exercice pas aussi simple que pourraient le laisser croire vos très beaux textes. Cela me confirme combien la performance d'Ambroisie, si prolifique, est remarquable.
A l'année prochaine !!! :D
Avatar de l’utilisateur
Dosto
Premium
Premium
 
Message(s) : 2202
Inscription : 24 Juin 2011 12:39
Localisation : Morbihan

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Quatrième Texte, par Dosto

Message par caius » 12 Jan 2017 21:39

super! un vrai roman noir des années 40 ( du siecle dernier ) me suis régalée ! bvooo
caius
Premium
Premium
 
Message(s) : 150
Inscription : 16 Mai 2014 8:59

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Quatrième Texte, par Dosto

Message par Ambroisie » 12 Jan 2017 21:42

Merci Dosto mais ceci explique peut-être justement cela : le fait d'écrire beaucoup permet sans doute de s'améliorer !
J'espère aussi qu'une autre occasion se présentera avant la fin de l'année ... :)
Avatar de l’utilisateur
Ambroisie
Premium
Premium
 
Message(s) : 1126
Inscription : 19 Fév 2014 19:23
Localisation : Rhône-Alpes-Auvergne

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Quatrième Texte, par Dosto

Message par vance35 » 12 Jan 2017 22:13

Bravo Dosto, texte très sympa,
Avatar de l’utilisateur
vance35
 
Message(s) : 88
Inscription : 27 Juin 2013 20:40
Localisation : Bretagne

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Quatrième Texte, par Dosto

Message par peyo_fr » 13 Jan 2017 11:00

KARAMAZOV ! Je suis un fan de la première heure de Vargas et son Adamsberg à l'humeur chagrine, je pourrais aisément devenir accro à Dosto et son Ievski à la chaussette vagabonde !
Il y a un style, du rythme, le sens du récit, bref une plume a l'oeuvre, BRAVO !

Ievski et Gorbi enquetent.jpg
Gorbi : - "Tu vérifies si les mules ont encore de la came sous le capot ?"
Ievski : - "Nan ! Je cherche ma chaussette..."
Ievski et Gorbi enquetent.jpg (50.32 Kio) Consulté 752 fois
Avatar de l’utilisateur
peyo_fr
Premium
Premium
 
Message(s) : 897
Inscription : 27 Fév 2014 0:27
Localisation : Paris/Angers/Arcachon

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Quatrième Texte, par Dosto

Message par Dosto » 13 Jan 2017 15:37

peyo_fr a écrit :KARAMAZOV ! Je suis un fan de la première heure de Vargas et son Adamsberg à l'humeur chagrine, je pourrais aisément devenir accro à Dosto et son Ievski à la chaussette vagabonde !
Il y a un style, du rythme, le sens du récit, bref une plume a l'oeuvre, BRAVO !

:oops:
Avatar de l’utilisateur
Dosto
Premium
Premium
 
Message(s) : 2202
Inscription : 24 Juin 2011 12:39
Localisation : Morbihan

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Quatrième Texte, par Dosto

Message par la brebis » 17 Jan 2017 21:08

oui très chouette texte! bravo Dosto :bieremetal:
Avatar de l’utilisateur
la brebis
Premium
Premium
 
Message(s) : 73
Inscription : 26 Oct 2015 23:39
Localisation : auxerre


Retour vers Unanimo

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron